Cauchemars et terreurs nocturnes – Mattress Blog

Les cauchemars sont définis comme un réveil brutal pendant le sommeil paradoxal (stade du sommeil où le corps est très détendu et le cerveau très actif), dû à un rêve qui nous a causé un tel malaise et/ou une telle anxiété qu’il nous a même réveillés, car son contenu émotionnel négatif est très élevé. Par exemple, nous pouvons avoir l’impression d’être continuellement poursuivis par des ennemis qui veulent nous faire du mal et que nous ne pouvons pas nous échapper. Les cauchemars peuvent apparaître à n’importe quelle heure de la nuit, bien qu’ils soient plus fréquents au milieu de la nuit. Pendant les cauchemars, notre corps est paralysé et nous ne pouvons faire aucun mouvement, car nous sommes dans un sommeil paradoxal et pendant ce temps, nos muscles sont désactivés.

Les cauchemars sont le lot de 10 à 50 % des enfants âgés de trois à six ans. Avec l’âge, celles-ci diminuent, même si elles ne doivent pas disparaître complètement. En fait, 5 % de la population adulte déclare faire des cauchemars au moins une fois par semaine. Chez les personnes âgées, leur présence est rare ou nulle, car à ce stade de la vie, il y a une réduction paradoxale du sommeil, et comme nous l’avons dit précédemment, c’est à ce stade que les cauchemars apparaissent.

Le réveil après un cauchemar se fait rapidement, et à ce stade, un souvenir détaillé et clair du contenu du rêve se présente, de sorte que nous avons le sentiment qu’il s’agissait d’une situation réelle. Cependant, l’agitation (palpitations, augmentation du rythme respiratoire, transpiration, etc.) est moins marquée que dans d’autres troubles. Si le contenu émotionnel des cauchemars est intense et qu’ils se répètent fréquemment, ils peuvent avoir un effet négatif sur la vie quotidienne de la personne qui en souffre. L’enfant peut avoir peur de s’endormir ou, s’ils sont très fréquents, interrompre le sommeil de façon répétée pendant la nuit, ce qui entraîne une mauvaise qualité de sommeil.

Dans le traitement de ce problème, on utilise des techniques de relaxation, dans lesquelles on apprend à être détendu tout en détaillant le contenu du cauchemar. Une autre technique importante dans ce domaine est celle qui consiste à modifier le contenu du rêve, ce qui transforme le cauchemar en une histoire, en détaillant une fin différente qui n’est pas angoissante pour la personne qui la subit. Il est généralement facile à traiter, donc ils devraient remettre dans un court laps de temps. Il est important d’éviter les situations qui provoquent du stress chez les enfants, car elles augmentent la fréquence et la détresse émotionnelle des cauchemars. En outre, les enfants qui en souffrent doivent avoir une bonne hygiène du sommeil (maintenir des horaires et des routines de sommeil réguliers pendant la journée, c’est-à-dire se lever et se coucher à la même heure chaque jour et accomplir les mêmes tâches : nettoyer, prendre le petit déjeuner, aller à l’école… ; faire un peu d’exercice physique doux à midi ou l’après-midi, contrôler le type d’aliments…).

Il est important de différencier les cauchemars des terreurs nocturnes. Contrairement à la croyance populaire, les rêves n’apparaissent pas seulement pendant la phase de sommeil paradoxal, mais ils peuvent apparaître à n’importe quelle heure de la nuit, même pendant les phases de sommeil calme. Plus précisément, les terreurs nocturnes sont des rêves qui ne se produisent pas pendant un sommeil paradoxal, comme les cauchemars, mais plutôt pendant un sommeil calme, et très probablement dans la première moitié de la nuit, environ une heure après qu’elle a commencé. Il ne s’agit pas d’épisodes longs et ils sont caractérisés par une peur extrême, au cours de laquelle la personne peut crier de manière atroce, bouger, voire se lever soudainement. Dans ce cas, des mouvements peuvent être effectués parce que pendant cette phase du sommeil, le corps n’est pas immobilisé, comme cela se produit pendant le sommeil paradoxal. Entre 3 et 6 % des enfants souffrent de terreurs nocturnes, et elles ont tendance à disparaître à l’adolescence. Contrairement aux cauchemars, dans les terreurs nocturnes, on ne se souvient généralement pas du contenu du rêve. En ce qui concerne votre traitement, il est recommandé de suivre des habitudes de sommeil régulières lorsque vous vous couchez et vous vous levez, de dormir un nombre d’heures suffisant et d’éviter les situations qui vous fatiguent et/ou vous rendent nerveux. Pendant la terreur nocturne, il est recommandé d’observer l’enfant jusqu’à ce qu’il se calme afin qu’il ne soit pas blessé par les mouvements qu’il fait.

En bref, les cauchemars et les terreurs nocturnes sont des perturbations qui se produisent pendant le sommeil et sont courantes pendant l’enfance, de sorte que leur présence ne doit pas nous alarmer. En général, le problème disparaîtra au fur et à mesure que l’enfant grandit. Néanmoins, si nous constatons que leur présence peut affecter la vie de la personne qui les subit en raison de leur intensité et/ou de leur fréquence, nous devons demander une aide professionnelle. Il est également important de différencier s’il s’agit de cauchemars ou de terreurs nocturnes afin d’appliquer un traitement ou un autre.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *