Combattre l’insomnie avec la technique de la contention au coucher

L’une des techniques qui bénéficie d’un plus grand soutien des enquêteurs et des thérapeutes pour intervenir dans certains cas d’insomnie, est la restriction ou la réduction du temps passé au lit.

La fragmentation du sommeil comme conséquence de l’insomnie

Dans certains cas d’insomnie, la personne reste au lit même si elle est éveillée pendant une longue période, ce qui produit des micro-sommeils, ainsi que pendant la journée, ce qui rend plus difficile l’endormissement la nuit. De même, il est fréquent que les personnes souffrant d’insomnie alternent plusieurs jours sans sommeil ou avec un sommeil très réduit avec une ou plusieurs nuits avec plus d’heures de sommeil ou même avec un temps normal, produit par la fatigue et l’épuisement.

Il est évident qu’après avoir récupéré le sommeil, l’insomnie se répète généralement en quelques jours. Avec tout cela, une fragmentation du sommeil est produite. Cette technique vise à éliminer ce cycle et à retrouver un sommeil normal.

Le temps, il faut rester au lit

Pour appliquer la technique de réduction du temps passé au lit, le thérapeute doit calculer le temps précis pendant lequel la personne doit rester au lit, qu’elle dorme ou non, ne pouvant pas rester plus longtemps. De même, pendant la thérapie, les siestes et les siestes de jour sont interdites.

Au fil du temps, les périodes sont ajustées en fonction de l’heure à laquelle la personne dort. Il existe une série de règles spécifiques qui marquent le temps pendant lequel la personne doit rester au lit en fonction du laps de temps précédent et le pourcentage de temps pendant lequel la personne a effectivement dormi.

Grâce à ces ajustements, le temps et l’horaire du sommeil peuvent être normalisés dans de nombreux cas. Toutefois, il convient de noter que cette technique est généralement appliquée conjointement avec d’autres. C’est-à-dire, généralement combiné avec des techniques telles que celles présentées ci-dessus comme l’arrêt des pensées, l’hygiène du sommeil ou des techniques de relaxation.

Alejandro Guillen

Alejandro Guillén Riquelme, est docteur en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade. Dans ce centre, il est responsable du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé. Au cours de sa formation, il a fait le Master of Research Designs and Applications in Psychology and Health, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche. Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, étant co-auteur de l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *