Comment les animaux dorment-ils ? – Blog sur les matelas

Lorsque nous observons un animal, nous pouvons dire s’il est endormi par la posture qu’il adopte, le mouvement, etc. Dans un premier temps, l’étude du sommeil chez les animaux a été réalisée en observant ce type de comportement, de sorte que, par exemple, dans le cas des oiseaux, l’activité des muscles de la nuque diminue lorsqu’ils entrent en état de sommeil. Pendant le sommeil paradoxal (sommeil dans lequel le corps est très détendu et le cerveau très actif), la tête a tendance à tomber, atteignant parfois les jambes.

Par la suite, les instruments nécessaires sont apparus pour enregistrer les ondes cérébrales et ainsi pouvoir observer les différentes phases du sommeil, et cette technique gagnait du terrain dans l’évaluation du comportement. Mais, chez les animaux, peut-on observer les différentes phases de sommeil présentées par l’homme ?

Pour l’étude du sommeil chez les animaux, comme chez l’homme, on observe l’activité cérébrale, les mouvements des yeux, l’activité musculaire, le rythme cardiaque, la respiration, etc. De nombreuses recherches ont décrit la présence de trois états de vigilance chez les mammifères : l’éveil, le sommeil lent et le sommeil paradoxal, qui atteignent leur complexité maximale chez l’homme. Qualitativement, ces phases de sommeil sont présentes chez tous les animaux étudiés, sauf chez les mammifères les plus primitifs, appelés monotrèmes, qui ne présentent qu’un sommeil lent. La visualisation de ces états est quelque peu similaire à celle observée chez l’homme, de sorte qu’en état d’éveil, l’activité cérébrale est rapide et de faible amplitude, et qu’elle devient plus lente et de plus grande amplitude lorsque l’animal s’endort. Le sommeil paradoxal, comme chez l’homme, est un état dans lequel l’animal est endormi, mais son activité cérébrale est similaire à celle de l’éveil. Les caractéristiques de l’activité cérébrale changent d’une espèce à l’autre, selon le niveau de développement du cerveau de chacune. En revanche, les mouvements des yeux, l’activité musculaire, l’activité cardiaque et l’activité respiratoire sont similaires chez la plupart des animaux.

Un autre aspect qui diffère selon les animaux est celui des conditions dans lesquelles ils dorment ; celles-ci sont un grand déterminant des habitudes de sommeil de certains animaux, c’est-à-dire que de nombreux animaux ont eu et doivent adapter leur façon de dormir aux conditions les plus favorables à leur survie. Ainsi, par exemple, le lion fait plusieurs siestes pendant la journée, et la girafe ne dort pas plus de deux ou trois heures d’affilée, car elle doit être attentive aux prédateurs et aux proies qui se trouvent dans les environs. Un autre exemple de l’adaptation du sommeil à l’instinct de survie est celui des dauphins ; ils sont capables de dormir la plupart du temps avec un seul œil fermé et la moitié du cerveau, tandis que l’autre moitié reste éveillée pour remonter à la surface pour respirer, car un sommeil profond signifierait la mort.

Il existe également de grandes différences dans le nombre d’heures de sommeil. Par exemple, les chevaux ne dorment que deux à trois heures par jour. À l’autre extrême, on trouve des chauves-souris qui se reposent la tête en bas pendant 20 longues heures : ce sont les grands dormeurs du règne animal.

Ainsi, chez tous les vertébrés, on a décrit des états d’éveil, de sommeil lent et de sommeil paradoxal, dont les caractéristiques changent d’une espèce à l’autre, de sorte qu’ils deviennent plus complexes à mesure que l’animal se développe, jusqu’à atteindre l’état le plus développé chez l’homme. Certains animaux, comme les chats, les chiens ou les rongeurs, ont des habitudes de sommeil similaires à celles des humains. Ils sont donc devenus de parfaits « cobayes » dans les études sur les troubles du sommeil.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *