Comment nos ancêtres dormaient?

Avez-vous déjà entendu
parler de sommeil biphasique? Comme le mot lui-même le suggère, c’est un
quelque chose de double, en particulier deux moments de repos. Dans les temps anciens non
vous avez dormi ces 7 ou 8 heures d’affilée comme nous en avons l’habitude, oui
il a atteint le même nombre d’heures de repos en dormant deux fois par an
journée.
Pour faire cette découverte était un professeur d’université d’histoire de la
Virginia Tech aux États-Unis: Roger Ekirch, c’est son nom, a-t-il décrit
largement dans le livre « At Day’s Close: Night in Times Past » le fruit de son
recherche de quinze ans sur notre modèle de sommeil
prédécesseurs. Le texte, qui a été traduit avec le titre «Quand le jour
se termine: l’histoire de la nuit », contient plus de 500 références tirées de
manuels de médecine, journaux intimes, livres et autres documents trouvés presque partout
dans le monde.

Il semble que dans le passé je
nos ancêtres se sont couchés environ deux heures après le coucher du soleil et ont dormi
pendant près de 4 heures. Au réveil, au milieu de la nuit, quelques heures sont restées éveillées
pour ensuite reprendre le sommeil jusqu’à l’aube. Dans l’ensemble, des gens comme moi
Les Romains par exemple ont dormi plus de 8 heures, en fait lors de leur premier sommeil
ça a toujours duré environ 4 heures, le deuxième sommeil peut durer jusqu’à 6 heures.
Cependant, comme cela nous arrive aujourd’hui, il y avait des sujets qui ne suivaient pas
précisément ce régime et donc bien au-delà des deux heures suivant le
coucher du soleil. Pourtant, ceux qui se sont couchés après minuit ont fait une tirade unique
et ne s’est pas réveillé avant l’aube.

Vous vous demandez quoi
à quoi servait cette interruption du sommeil, mais surtout comment il a été utilisé
cette fois? Eh bien, sachez que les gens faisaient un peu de tout
tout le monde a fait ce qu’il voulait, il y avait donc ceux qui restaient à parler couchés
lisez, qui lisez, qui s’est assis autour du feu, qui a prié et, encore une fois, qui
a visité les voisins pour échanger des œufs et du lait.
Utiliser ces heures entre le premier et le deuxième sommeil pour prier à l’époque
les moines médiévaux étaient principalement des moines bénédictins. Ils traînent
à 19h et ils se sont réveillés vers 2h du matin pour réciter leurs prières et
très souvent, ils attendaient que le soleil se lève sans se rendormir. Pour
récupérer les énergies a ensuite fait une sieste de quelques heures pendant le
journée.
En tout cas, il est apparu que dans le passé les heures centrales de la nuit, c’est-à-dire celles-ci
entre les deux traverses, elles étaient exceptionnellement calmes, c’est-à-dire caractérisées par un
grand sentiment de calme, semblable à la méditation.

À partir du XVIIe
siècle cependant, avec l’avènement de l’éclairage nocturne dans les grandes villes comme
Paris, Londres, mais aussi Amsterdam, les habitudes de sommeil commencent à souffrir
des variations. Les rues ont commencé à être éclairées par des lampes à huile
recouvert de boyaux en verre et dans certains cas de bougies et cela les a fabriqués
des nuits vivables, elles représentaient donc des occasions de sortir, de s’amuser et
socialiser. Ici, le temps du lit est allé plus loin et les deux
cycles de sommeil réunis dans une séance de sommeil unique d’une durée
global plus court. En fait, on parle d’une période de 6/8 heures par
nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page