Dormir est-il un trop grand problème ? Hypersomnie idiopathique

L’une d’elles est l’hypersomnie idiopathique, et nous allons découvrir ce que c’est. Il s’agit d’un trouble du sommeil dont la cause est encore inconnue (c’est ce que le terme idiopathique désigne). Certaines études ont montré que 5 % des patients souffrant de troubles du sommeil qui se rendent dans une unité de sommeil sont atteints de ce trouble, qui débute généralement entre 15 et 30 ans.

Les personnes qui en souffrent se sentent excessivement somnolentes pendant la journée, car même si pendant la nuit elles ont dormi un nombre d’heures normal (6-10 heures) ou même excessif (plus de 10 heures), ce sommeil n’est pas réparateur. Dans ce cas, il est important de différencier ce trouble des autres troubles du sommeil qui présentent également une somnolence, comme la narcolepsie ou l’apnée du sommeil. En outre, il est important de la différencier des personnes qui ont un long cycle de sommeil, c’est-à-dire qui ont besoin de dormir plus de neuf heures par jour, sans souffrir d’un quelconque trouble du sommeil ; dans ce cas, la personne se sent vraiment reposée au réveil et ne dort pas plus que la normale tout au long de la journée.

Chez les patients souffrant d’hypersomnie, le sommeil excessif est présent pendant une grande partie de la journée ; il augmente lorsqu’ils effectuent des activités qui demandent peu d’activité (comme regarder la télévision, lire…), qui ne les intéressent pas, et après les repas et disparaît ou diminue avec l’exécution d’une activité intéressante. Cette sensation de sommeil est agaçante, mais elle ne devient pas irrésistible, comme c’est le cas dans la narcolepsie. Aux moments de la journée où la personne souffrant d’hypersomnie se sent somnolente, elle est généralement capable de résister et de ne pas s’endormir. Toutefois, lorsqu’ils terminent leur journée de travail, ils peuvent dormir pendant plusieurs heures ou jusqu’au lendemain matin si personne ne les réveille. La durée des siestes qu’ils font pendant la journée est une autre différence avec la narcolepsie, étant plus longue en cas d’hypersomnie (plusieurs heures) qu’en cas de narcolepsie (entre quelques minutes et une heure). En outre, en cas d’hypersomnie, ils ne donnent pas au patient l’impression d’être somnolent.

On pourrait penser que ces patients s’endorment rapidement lorsqu’ils se couchent le soir. Plus précisément, un grand nombre de ces patients s’endorment très rapidement, mais d’autres le font normalement ou ont même des difficultés à s’endormir. Pendant la nuit, le sommeil de ces patients est très profond et la grande majorité d’entre eux ne se souvient pas, au réveil, de ce dont ils ont rêvé, ils ont le sentiment de ne pas rêver. Cependant, s’ils sont étudiés dans une unité de sommeil et sont réveillés après la phase dans laquelle nous rêvons (sommeil paradoxal), ils peuvent facilement dire ce dont ils rêvaient. Pendant la nuit, ils dorment un nombre d’heures qui se situe dans la fourchette normale de la population générale (6-10 h) ou même plus que d’habitude (plus de 10 h).

Le matin, ils ont du mal à se réveiller ; souvent, ils n’entendent même pas le son du réveil, et ils en utilisent plusieurs à différents endroits. Malgré cela, dans de nombreux cas, ils doivent être réveillés par un parent, et cette tâche peut prendre entre 15 et 60 minutes. Cela peut causer des problèmes de travail, car ils peuvent être constamment en retard au travail. Lorsqu’ils parviennent à se réveiller, ils sont encore somnolents et cette somnolence peut durer plusieurs heures. Cet état de somnolence au réveil a été appelé “ivresse du sommeil”. Si une étude du sommeil est effectuée pendant cet état, on observe que la personne est éveillée, mais qu’il existe des périodes très courtes (quelques secondes) pendant lesquelles la personne s’endort involontairement, ce que l’on appelle le micro-sommeil. Cela peut constituer un danger dans les cas où le patient doit conduire avant que l’état de “somnambulisme” ne soit terminé, par exemple parce qu’il pourrait avoir un micro-sommeil au volant et provoquer un accident. Ils peuvent également avoir des difficultés de déplacement, par exemple, ne pas pouvoir mettre une clé dans une serrure. Une fois la “cuite du sommeil” passée, l’état de ces patients est normal.

Une étude du sommeil est nécessaire pour exclure la somnolence due, par exemple, à la présence du syndrome d’apnée du sommeil et de la narcolepsie. En général, les patients dorment pendant des heures et leur sommeil n’est pas reposant.

Pour prévenir les problèmes associés, il est recommandé d’éviter la consommation d’alcool et de médicaments qui peuvent aggraver le niveau de sommeil, d’éviter de conduire des véhicules à moteur ou d’utiliser des équipements dangereux, et d’éviter le travail de nuit ou les activités sociales qui retardent l’heure du coucher.

En ce qui concerne le traitement, il est recommandé de maintenir des horaires et des routines de sommeil réguliers pendant la journée, c’est-à-dire de se lever tous les jours à la même heure et d’effectuer les mêmes tâches : se laver, prendre son petit déjeuner, aller au travail… ; de faire un peu d’exercice physique doux, à midi ou l’après-midi, trois jours par semaine : par exemple, marcher pendant 45 minutes ; de contrôler le type de nourriture et d’effectuer de petites périodes (5 min. deux fois par jour) de techniques de relaxation.

Par conséquent, tous les troubles du sommeil ne vont pas dans le sens d’un manque de sommeil, et un excès de sommeil peut indiquer la présence d’un certain type de trouble du sommeil, surtout si, au réveil, nous ne nous sentons pas reposés et ressentons un malaise pendant la journée. Dans ces cas, il est recommandé de se rendre chez le spécialiste pour étudier le problème et prendre les mesures nécessaires.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *