Dormir sur la plage ou à la montagne II : L’effet de l’altitude sur le sommeil

L’altitude influence le sommeil

Tout d’abord, il convient de se demander si le fait de dormir à une altitude sensiblement différente (comme c’est généralement le cas lorsqu’on compare la plage et la montagne) a un effet sur le repos et, si oui, comment il l’influence. Il faut commencer par dire que, malgré les différentes preuves de l’effet de l’altitude sur le sommeil, il n’existe pas beaucoup d’études qui se concentrent sur l’effet de l’altitude sur le sommeil des personnes en bonne santé.

L’altitude et la haute pression ont des effets néfastes sur le sommeil, en particulier chez les personnes non acclimatées. En médecine de montagne, l’altitude est une distraction qui dépend principalement de la susceptibilité de l’individu au développement de la respiration périodique pendant le sommeil, à l’acclimatation, à la vitesse de montée et au niveau d’altitude atteint, ce qui entraîne des effets néfastes sur le sommeil, avec une perte de sommeil profond accompagnée de troubles respiratoires hypoxiques. L’environnement hyperbare, typique de la médecine sous-marine, modifie les habitudes de sommeil en raison de la haute pression, bien que ces altérations soient réversibles pendant la décompression.

Le “mal des montagnes” et le rêve

La pression barométrique diminue avec l’altitude et, sans oxygène supplémentaire, le “mal des montagnes” provoque une confusion et une diminution des performances mentales et psychomotrices ; et à plus haute altitude, un œdème du cerveau et des poumons peut se développer. L’altitude représente donc un défi physique qui influencera notre organisme de différentes manières.

Le mal des montagnes est associé à une désaturation de l’oxygène pendant le sommeil en haute altitude. La respiration périodique en altitude est principalement représentée par l’apnée centrale du sommeil, qui provoque une perturbation du sommeil. Chez les adultes, un syndrome modéré d’apnée obstructive du sommeil au niveau de la mer se transforme en apnée centrale du sommeil sévère à environ 2750 m, avec un grand nombre d’apnées pendant le sommeil paradoxal. En haute altitude, la différence de pression produit une variation de la pression de l’air dans notre gorge. Comme on l’a vu dans les entrées précédentes, l’une des principales causes de l’apnée du sommeil est un fonctionnement anormal de la musculature du larynx. En haute altitude, ces symptômes sont aggravés. Tout cela va influencer un plus mauvais repos avec un plus grand éveil et un sommeil plus léger.

L’insomnie, en tant que telle, peut se produire chez les personnes qui ne souffrent pas de ce trouble, généralement à partir de 2 000 m, et augmente avec l’altitude pendant les premières semaines d’acclimatation. Les troubles du sommeil vont d’une diminution de la durée totale du sommeil, avec de nombreux réveils, à une diminution ou une disparition du sommeil profond. Cependant, il convient de noter que la plupart des études se concentrent sur l’effet de l’altitude sur les mineurs, les personnes ayant déjà souffert d’apnée, et dans les cas où elle est étudiée chez des personnes en bonne santé, les résultats sont contradictoires.

Photo-Alejandro-GuillénAlejandro Guillén RiquelmeD. en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade. Dans ce centre, il est responsable du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé. Au cours de sa formation, il a fait le Master of Research Designs and Applications in Psychology and Health, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche. Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, étant co-auteur de l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *