Fibromyalgie et sommeil – Matelas Blog

Ses manifestations ont une nette prédominance sur les femmes et provoquent une grande détérioration de l’état de santé en général, en plus d’avoir un effet très négatif sur la vie quotidienne des personnes qui en souffrent.

Depuis des années, différentes études ont montré que le syndrome est plus grave chez les patients dont le temps de sommeil est fortement altéré. Des explorations ont été menées, tant objectivement (par le biais d’électroencéphalogrammes, d’enregistrements polysomnigraphiques…etc.) que subjectivement (où les patients se référaient à leur propre expérience du sommeil et à leur état de veille ultérieur), avec des preuves indiquant qu’il y avait effectivement un schéma de sommeil différent (moins de présence d’ondes delta pendant le sommeil et donc moins de fonction réparatrice), avec des conséquences désastreuses le jour suivant, car les symptômes étaient considérablement aggravés. D’autre part, il existe des pathologies du sommeil qui sont souvent associées à la fibromyalgie, comme l’apnée du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos, qui contribueraient également à l’aggravation des symptômes.

Avec toutes ces données, qui déterminent la relation significative entre la fibromyalgie et le sommeil, les recherches actuellement menées tentent de déterminer le rôle du sommeil dans ce syndrome et sa relation avec les différents symptômes. Une explication qui a été proposée est que chez les personnes atteintes de fibromyalgie, elles présentent une modification de la façon dont leur organisme réagit au stress. Le stress peut provoquer une hyper-excitation physiologique, qui modifie l’architecture de la phase d’ondes lentes au moment du coucher, serait un sommeil perturbé qui entrave sa fonction réparatrice. Ce dysfonctionnement, à son tour, sensibilise le système de noceception (mécanisme qui fait que le cerveau code les stimuli qui nous causent des dommages ou de la douleur) et une perte d’autres ressources psychologiques. Tout cela limiterait la capacité de l’organisme à agir face au stress, produisant ainsi une boucle, une situation répétitive aux conséquences négatives.

En outre, il existe des altérations des niveaux de certaines hormones et de certains neurotransmetteurs, qui interviennent dans la qualité du sommeil et sont associés aux symptômes de la fibromyalgie, de sorte que l’on pourrait penser qu’une origine génétique se cache derrière eux.

D‘un point de vue psychologique, il a été démontré qu’une mauvaise qualité de sommeil interagit avec l’état émotionnel, et qu’à leur tour, les troubles de l’humeur peuvent affecter la qualité du sommeil nocturne, bien que dans le cas spécifique de la fibromyalgie, des études plus empiriques seraient nécessaires sur la manière dont les problèmes de sommeil affectent les performances quotidiennes.

L’importance évidente des troubles du sommeil dans la chronification et le développement des différents symptômes qui accompagnent la fibromyalgie rend nécessaire que la recherche future soit orientée vers l’avancement de l’approche thérapeutique, surtout en ce qui concerne la manière d’optimiser les effets de la thérapie psychologique et de l’exercice dans l’amélioration du sommeil, sans laisser de côté la pharmacologie et les autres alternatives qui peuvent se présenter au cours du travail et des études.

(Source : Prados G, Miró E. Fibromyalgia and sleep : a review. Rev Neurol 2012 ; 54 : 227-40. URL : http://www.neurologia.com/pdf/Web/5404/bh040227.pdf)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *