Histoire du lit – Mattress Blog

Les matelas les plus anciens qui ont été trouvés sont datés de 77 000 ans. Les archéologues ont déterminé qu’elles étaient composées de couches d’herbe, de roseaux et de feuilles, formant un lit isolant de l’humidité froide du sol.

-Egyptiens et Phéniciens : les deux cultures ont coexisté et utilisé des systèmes de repos différents. Les lits de l’Égypte ancienne étaient des structures en bois sophistiquées, richement décorées et très semblables à ce que nous connaissons aujourd’hui : un cadre soutenu par quatre pieds. Cependant, le matelas était très simple et également d’origine végétale, il s’agissait simplement de jonquilles tissées, recouvertes de ce que l’on pouvait identifier comme de la literie en lin. L’oreiller a été remplacé par un appui-tête courbé en pierre ! l’appui-tête, bien que des tissus aient également été utilisés pour atténuer sa dureté.

Nous avons peu d’informations sur le lit utilisé par les Phéniciens, juste une référence faite par Pline l’Ancien dans son “Historia Naturalis” où il indique que le lit de ces gens était fait “d’alfa et de bois”.

-Grèce : En soi, les systèmes de repos ont connu une évolution depuis la période archaïque, où ils étaient de simples piles de peaux placées les unes sur les autres, pour les modifier et les améliorer jusqu’à arriver à la splendeur de la période classique, jusqu’au kliné, (dont la traduction serait même lit), sans marchepied et avec un matelas rempli de paille ou de fibres similaires qui incorporait une petite zone convexe dans la zone supérieure, qui faisait office d’oreiller.

-Rome : Colonisateurs de toute la Méditerranée, les Romains ont hérité et imité tous les modes de vie de leurs conquis, nous trouverons donc des similitudes avec les systèmes de repos mentionnés ci-dessus. Le lit était pour eux un lieu fondamental et ils en avaient différents types, bien que celui utilisé spécifiquement pour dormir était le “lectus cubicularis” qui consistait en un cadre à quatre pieds. En outre, il incorporait une base de feuilles sur lesquelles on plaçait un matelas de laine ou de plumes. Ils utilisaient aussi des couvertures, des draps et même ce que nous pouvions identifier comme une couette.

Nous prendrons comme référence l’Occident chrétien, pour analyser l’évolution des équipements de repos et comment ils sont devenus tels que nous les connaissons aujourd’hui.

-Moyen-âge : les matelas sont arrivés en Europe importés des croisades. Ils utilisaient des lambeaux de tissu qui enveloppaient des pylônes de différents types de feuilles et il fallait constamment vider le remplissage et le remplir à nouveau, en raison des fléaux de parasites qui infestaient la population. Le type de lit représentait clairement la classe sociale du dormeur, la noblesse dormait dans des structures riches aux ornements ostentatoires, tandis qu’en milieu rural, les lits étaient ceints de simples tas de paille dispersés sur le sol. Curieusement, vers le XIIIe siècle, on a commencé à utiliser ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de couettes, une sorte d’édredon de plumes recouvert de tissu.

-Renaissance : Le lit est nourri par le luxe et l’enrichissement qui caractérisent le mobilier de scène. Le lin est à nouveau utilisé pour les draps. Brocards, velours et soie recouvrent le garnissage des matelas qui se diversifie en plumes ou en poils d’animaux. L’idée d’un lit douillet est synonyme de bien-être et de statut social.

-Epoque moderne : Les premiers filets de corde avec des cadres en bois commencent à être utilisés, qui sont les prédécesseurs des sommiers à mailles d’acier. L’ostentation des structures des siècles précédents disparaît, pour laisser place à des lignes plus simples et plus raffinées. Toutefois, en ce qui concerne les matelas, il y a peu de variation par rapport à l’étape précédente.

19e siècle :L’industrie du matelas et du lit est considérablement modifiée, d’une part en raison de la production industrielle de masse et d’autre part en raison de l’introduction de nouveaux matériaux pour la fabrication des matelas : le ressort, utilisant d’abord le cylindrique puis le conique.

Au XXe siècle, une véritable révolution dans le domaine du repos a commencé avec l’introduction des mousses, d’abord de latex, importées de l’industrie automobile, puis, dans les années 50, de ce qu’on appelle la viscoélastique, développée au profit de la course à l’espace par la NASA. En Espagne, le Grupo Centrale de la literie a introduit le matelas en latex Natura dans sa gamme de produits en 1999, ce qui a signifié la démocratisation de ce type de matériau, en rapprochant un matériau comme le latex du grand public. Depuis ce moment, le Grupo Centrale de la literie élargit et perfectionne sa gamme pour apporter le repos à tous les foyers de notre pays. En 2005, après une série d’améliorations par rapport au modèle précédent, le Grupo Centrale de la literie a commercialisé le modèle Gran Natura Plus. Deux ans plus tard, en 2007, le matelas Viscolátex Natura est né, qui présente une combinaison parfaite de latex à l’intérieur et de viscoélastique en surface. En 2011, la gamme de lits superposés Triple Centrale est née, où les trois facteurs – confort, fermeté et température – se conjuguent pour offrir un repos optimal au dormeur. Cette gamme évolue en 2013 vers le Triple Natura Plus, qui perfectionne les trois facteurs devenus un symbole de bon repos.

En outre et pour finir, le Grupo Centrale de la literie a été le pionnier des bienfaits d’un matériau révolutionnaire pour l’univers du repos, nous parlons du Grafeno : ses nombreux avantages en créant le matelas Tripl3 Grafeno, révolutionnaire dans le secteur grâce à son noyau en Viscografeno, qui profite de la conductivité du matériau, pour s’adapter parfaitement au corps au repos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *