Le coût social des troubles du sommeil

Coûts des soins de santé

Tout d’abord, les troubles du sommeil ont un coût direct pour les soins de santé. L’évaluation et le traitement de ce type de problème impliquent un coût qui, compte tenu de la forte prévalence de certains des troubles présentés, est très élevé. En outre, il est nécessaire de tenir compte du fait que certains des troubles du sommeil ne représentent pas la raison pour laquelle la personne doit consulter un médecin. Dans de nombreux cas, ce sont les problèmes ou les troubles associés à une mauvaise qualité de sommeil qui constituent le premier contact avec la santé lorsqu’on cherche de l’aide. Ainsi, ce sont souvent des douleurs musculaires, digestives ou même psychologiques qui amènent la personne à chercher de l’aide. Le traitement de ces problèmes associés est une autre dépense sociale dérivée des problèmes de sommeil.

Accidents du travail

Parmi les problèmes de santé liés au sommeil, il faut noter ceux qui sont produits par les accidents du travail. Certains troubles du sommeil ou la mauvaise qualité du sommeil entraînent une désorientation, des vertiges, de la somnolence, un manque de concentration… qui à leur tour augmentent les risques d’accidents du travail. Par conséquent, aux coûts directs produits par les soins de santé, il faut ajouter les coûts de traitement des personnes qui ont souffert ou sont décédées dans ces accidents. En fait, en 2015, la loi a été modifiée pour garantir que les personnes souffrant de niveaux élevés d’apnée du sommeil ne puissent conserver leur permis de conduire que si une équipe d’évaluation du sommeil évalue le suivi du traitement de l’apnée et s’assure que le sommeil est proche de la normale.

Moins de sommeil, moins de productivité

Au-delà des problèmes liés à la santé, les problèmes de sommeil impliquent également d’énormes dépenses sociales en termes de productivité. Les personnes qui ont un sommeil de qualité inférieure auront de moins bonnes performances au travail que celles qui ont un bon sommeil. Cela implique une dépense pour les entreprises et pour le travailleur lui-même dans le cas d’un travail indépendant. En outre, les résultats scolaires des élèves sont plus faibles, ce qui peut entraîner un redoublement de l’année scolaire avec les dépenses que cela implique.

Quelques chiffres sur le coût social des troubles du sommeil

Avec tous les facteurs qui influencent le coût social des troubles du sommeil, il est difficile d’obtenir un chiffre exact des dépenses engagées. Cependant, certaines études estiment ces données, obtenant par exemple en Australie (la moitié de la population de l’Espagne) une dépense en 2004 de près de 7,5 milliards de dollars (Hillman, Murphy, Antic et Pezzullo, 2006). On estime à environ 35,4 milliards d’euros les dépenses consacrées à ces troubles en un an dans toute l’Europe (Olesen, Gustavsson, Svensson, Wittchen et Jönsson, 2012). Bien que ces chiffres doivent être pris avec précaution en raison des difficultés à estimer la multitude de facteurs, il est possible que les données réelles soient plus élevées que celles présentées ici.

Ainsi, au-delà des problèmes personnels liés au sommeil, ne pas avoir une bonne nuit de repos ou souffrir de problèmes de sommeil, implique des dépenses sociales élevées. Cependant, ce n’est qu’il y a quelques années que l’on a commencé à accorder de l’importance au repos et à ses répercussions socio-économiques.

RéférencesHillman,

D.R., Murphy, A.S, Antic, R. & Pezzullo, L. (2006). Le coût économique des troubles du sommeil. Sleep, 29, 299-305.

Olesen, J., Gustavsson, A., Svensson, M., Wittchen, H.-U. et Jönsson, B. (2012). Le coût économique des “brain disroders” en Europe. European Journal of Neurology, 19, 155-162.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Alejandro Guillén Riquelme, est docteur en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade.

Dans ce centre, il est responsable du laboratoire du sommeil et de la promotion de la santé. Au cours de sa formation, il a suivi le Master en conception et application de la recherche en psychologie et en santé, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche. Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, étant co-auteur de l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *