Le mal de dos – comment l’éviter ?

Une mauvaise posture peut endommager votre dos

L’adoption de postures inappropriées et les efforts soudains sont les causes les plus fréquentes de ces maux. Bien qu’ils ne soient pas les seuls. Réaliser à temps le mal de dos et y remédier est entre nos mains. En suivant quelques directives simples d’hygiène posturale, nous pouvons éviter l’apparition de pathologies dorsales ou retarder et paralyser leurs conséquences lorsqu’elles se sont déjà produites.

Les maux de dos sont-ils tous les mêmes ?

Les problèmes de dos sont des sensations désagréables qui réduisent notre activité au point de la paralyser. Des études récentes indiquent que 48 % des Espagnols souffrent de maux de dos, et un sur quatre le fait régulièrement. Le dos est le tronc central, l’équateur de notre corps, la partie qui relie la tête et le cerveau et les ordres qu’il donne aux extrémités ou aux organes qui génèrent le mouvement. C’est le point d’appui fondamental du corps, où se trouvent un grand nombre de structures osseuses, musculaires et nerveuses. L’altération de l’un de ces organes peut être responsable de l’un des malaises les plus fréquents dans la population.

L’exécution de postures ou de mouvements inappropriés, généralement par inadvertance, sont les raisons les plus courantes pour lesquelles de nombreuses personnes ont, à un moment ou à un autre, souffert de douleurs dorsales. C’est pourquoi il convient de suivre une série de lignes directrices en matière d’hygiène posturale ou de repos afin d’atténuer les désagréments causés par une maladie ou une affection spécifique dans cette partie importante de notre corps.

Les douleurs dorsales ne sont pas toujours de la même nature, car elles peuvent provenir des os qui forment la colonne vertébrale, des muscles qui la recouvrent, ou elles peuvent commencer dans les articulations entre les vertèbres. Il existe des pathologies qui ont pour origine une affection de la colonne vertébrale, mais aussi d’autres qui peuvent provenir d’une maladie d’un organe du thorax ou de l’abdomen. Elles sont extrêmement fréquentes et touchent deux régions spécifiques : la colonne dorsale ou l’arrière de la cage thoracique et la colonne lombaire ou la partie inférieure de celle-ci (derrière les viscères abdominaux). Certaines de ces altérations ont une origine congénitale, acquise, inflammatoire, traumatique, infectieuse, digestive, endocrine, tumorale ou nerveuse.

Quels sont les problèmes de dos les plus courants ?

Malgré le fait que ces affections soient répandues parmi la population, il n’est pas possible de banaliser la routine quotidienne de leur vision. Ce n’est pas en vain, entre autres conséquences, qu’elle peut affecter l’activité quotidienne et les performances au travail. Elle peut également provoquer une dépression, des troubles anxieux et de la fatigue.

La plupart des pathologies liées au dos et à ses affections sont enregistrées dans la partie inférieure du dos (colonne lombaire), comme les hernies discales ou les douleurs lombaires, voire l’irradiation de sa douleur vers d’autres parties proches, comme c’est le cas pour la sciatique. Et la douleur ne se présente pas toujours inévitablement dès le début, comme l’arthrose qui est indolore pendant longtemps.

Quant à l’âge auquel les premiers symptômes d’un problème de dos peuvent apparaître, il varie fortement en fonction de divers facteurs (habitudes, prédisposition génétique), comme cela a déjà été mentionné, bien qu’on estime qu’entre 30 et 40 ans, il peut être diagnostiqué.

Image-LoMonaco-Avoid-back-pain-2

Parmi d’autres maladies multiples :

  • L’arthrose est plus fréquente après l’âge de 40 ans et est principalement causée par le fait de soulever des charges lourdes et de mal se tenir. Elle affecte les articulations situées derrière les vertèbres et se manifeste par l’acquisition d’une posture arquée et une difficulté à marcher.
  • L’arthrose peut conduire à la sciatique, une pathologie très répandue, surtout après l’âge de 30 ans, et qui implique des picotements et des douleurs dans les fesses, les cuisses, les jambes et les pieds. Elle est liée au vieillissement de la colonne vertébrale et peut conduire à une hernie discale.
  • Les hernies discales partagent avec l’arthrose la sensation de douleur intermittente résultant d’un effort. L’hernie est due à l’usure du disque intervertébral ou noyau gélatineux entre les vertèbres.
  • Un autre type de douleur plus prolongée ou répétitive est celle causée par la lombalgie. Comme dans les cas précédents, elle survient lors de l’accomplissement d’actes qui impliquent un effort. La lombalgie est causée par la déshydratation, le vieillissement et l’amincissement des disques intervertébraux.
  • L’ostéoporose provoque également des douleurs aiguës. Il s’agit de la disparition du tissu osseux dans lequel le calcium est fixé. L’os se décalcifie et se fragilise avec peu de douleur jusqu’à ce qu’il se fissurent ou se cassent. Parmi les causes de cette pathologie, il a été démontré qu’elle peut découler de maladies endocriniennes (thyroïde, hypophyse), de traitements à la cortisone, de maladies génétiques et, chez la femme, de la ménopause.

Comment prévenir le mal de dos ?

De nombreuses blessures au dos sont dues à une mauvaise posture constante et à un mauvais soulèvement et transport de charges, tant au travail que dans les activités quotidiennes. Les problèmes de dos peuvent être prévenus, dans la plupart des cas, par l’application quotidienne de règles générales d’hygiène posturale, tant pendant la journée de travail qu’au repos, et dans les activités récréatives et sportives.

Entre autres règles, l’adoption de postures correctes et d’exercices réguliers pour renforcer le dos et éviter l’apparition de douleurs et de blessures sont parmi les plus importantes. Protéger le dos, changer les habitudes ou les mouvements qui peuvent générer des douleurs, dormir sur un matelas moyennement dur, ni dur ni mou, avec des ressorts solides ou en latex et soutenu par une base ferme, utiliser un oreiller moyen sous la tête et dormir sur le dos ou adopter une position fœtale sont d’autres lignes directrices qui s’ajoutent à celles déjà mentionnées.

Conseils importants pour éviter les problèmes de dos

  • S’asseoir avec le dos droit sur une chaise avec un dossier ferme et droit et avec les pieds au sol ou sur un repose-pieds.
  • En position debout, gardez le dos droit, les mains devant le corps et appuyez un pied sur l’autre.
  • Marcher, en gardant le tronc droit, en regardant droit devant soi et en accompagnant de mouvements fluides des hanches et des bras, en déplaçant d’abord le tronc puis le corps.
  • Lorsque vous ramassez un objet, pliez vos jambes en gardant le dos droit et l’abdomen enfoncé. Ce sont les jambes, plutôt que le dos, qui doivent faire l’effort. Pour porter la charge, maintenez-la plus en dessous de votre taille et contre vous.
  • Ne soulevez jamais d’objets très lourds ou encombrants que vous ne pouvez pas facilement saisir, n’utilisez pas d’aide mécanique et ne demandez pas d’aide. Assurez-vous que vous pouvez regarder par-dessus ou sur le côté du chargement. Ne jamais se tourner à la taille en tenant une charge très lourde.
  • Lorsqu’un objet se trouve au-dessus de votre tête, utilisez une échelle pour l’atteindre, un tabouret ou une échelle solide, qui ne créent pas de risque de chute. Appelez à l’aide lorsque l’objet est lourd ou encombrant.
  • Lorsque vous montez les escaliers, faites-le lentement, en gardant le dos légèrement incliné vers l’avant.
  • Lorsque vous vous habillez, faites preuve de prudence en pliant le tronc vers l’avant. Si nécessaire, utilisez une chaise.
  • Lorsque vous dormez, dormez sur le côté avec les jambes pliées ou tournées vers le haut. N’utilisez pas de matelas très durs ou très mous. L’oreiller doit être à une hauteur appropriée pour maintenir votre cou droit.
  • Lorsque vous sortez du lit, tournez-vous sans vous pencher sur le côté. Pliez les jambes et posez vos pieds sur le sol, redressez-vous en soutenant votre main.

Quels sont les traitements les plus bénéfiques ?

Les actions thérapeutiques les plus courantes pour corriger le mal de dos sont d’ordre médical, suivies par un changement d’habitudes et des améliorations en matière de repos, de chirurgie et de médecine alternative. L’alitement et l’administration d’analgésiques est le traitement habituel chez les patients atteints de maladies chroniques telles que celles indiquées. Mais il dépendra de la pathologie traitée pour établir la plus appropriée.

Il est recommandé de ne pas répéter le mouvement qui provoque la douleur, même en envisageant sérieusement la suppression du geste en particulier. La chaleur est fondamentale dans des cas tels que les hernies discales et l’exercice des membres endommagés sans ressentir de douleur. En tout état de cause, tout traitement doit être effectué sous contrôle médical pour établir la méthode à suivre.

En dehors du domaine médical, il existe diverses tendances en matière de médecine alternative qui proposent le recours à l’acupuncture, à l’homéopathie, à l’oligothérapie ou à la naturothérapie, ainsi qu’à d’autres remèdes à prendre en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *