le questionnaire sur le sommeil pédiatrique

Qu’est-ce que le PSQ ?

Le PSQ comprend 22 items (bien qu’il existe une version plus longue avec 91), il faut donc un peu moins de temps pour répondre que le CSHQ, bien qu’il ne faille pas vraiment beaucoup de temps pour répondre à l’un ou l’autre. Les réponses possibles pour chacun des points sont : oui (1 point), non (0 point), et ne sait pas (question nulle). Pour calculer le score total, il est nécessaire d’additionner tous les points et de les diviser par le nombre total de réponses données (par le nombre de oui ou de non).

Comment le PSQ est-il structuré ?

En fait, le questionnaire est divisé en trois parties. Contrairement au CSHQ, qui fournit un score total ainsi que d’autres scores spécifiques, le PSQ fournit trois scores totaux qui correspondent à chacune des parties en lesquelles il est divisé.

Ainsi, ce questionnaire permet d’évaluer :

1) Le comportement de l’enfant pendant la nuit et pendant son sommeil (Partie A : 9 items)

2) Comportement diurne et autres problèmes connexes (Partie B : 7 points).

3) Les problèmes d’attention et les problèmes d’hyperactivité-impulsivité manifestés par l’enfant (Partie C : 6 items).

Chaque score total indique la gravité chez l’enfant des problèmes évalués dans cette partie.

Avantages du questionnaire sur le sommeil pédiatrique

Parmi les caractéristiques les plus importantes du PSQ, il convient de mentionner la possibilité qu’il offre d’évaluer également, grâce à la partie C, les problèmes liés au trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH). Cela est dû à la relation observée entre le TDAH et les problèmes de sommeil (comme nous l’avons vu dans un autre article de ce blog). Ainsi que, et surtout, de l’évaluation des symptômes ou des problèmes respiratoires des enfants.

En fait, le PSQ est considéré comme un questionnaire de référence pour évaluer le syndrome d’apnée-hypopnée du sommeil (que nous avons également expliqué dans une autre entrée de ce blog), lorsque son existence possible est suspectée.

Conclusion : CSHQ et PSQ

Les deux questionnaires présentés dans ces deux dernières entrées, le CSHQ et le PSQ, sont des questionnaires utiles pour évaluer les problèmes et la qualité du sommeil chez les enfants, très peu coûteux, et très faciles et rapides à utiliser, car ils peuvent être remplis par l’un ou l’autre des parents.

En outre, bien que l’aide d’un professionnel qualifié soit toujours conseillée, tant pour l’explication des éventuels doutes qui peuvent surgir lors de la passation des questionnaires que pour l’interprétation des scores obtenus, elle n’est pas indispensable. En particulier, si les scores obtenus ne reflètent pas des problèmes graves nécessitant une attention ou une observation clinique.

Pour plus d’informations :

Tomás, M., Miralles, T. et Beseler, B. (2007). Version espagnole du questionnaire sur le sommeil pédiatrique. Un outil utile dans l’étude des troubles du sommeil chez l’enfant. Analyse de sa fiabilité. Annales de la pédiatrie, 66, 121-128.

Alejandro GuillenAlejandro Guillén RiquelmeD. en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade. Dans ce centre, il est responsable du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé. Au cours de sa formation, il a fait le Master of Research Designs and Applications in Psychology and Health, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche.

Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, en cosignant l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *