Le sommeil à différentes étapes de la vie

Le nombre d’heures que nous dormons chaque jour diminue tout au long de notre vie. Plus précisément, les nouveau-nés dorment environ 16 heures par jour. Au cours de la première année de vie, on observe une diminution drastique du nombre d’heures de sommeil, qui ralentit jusqu’à l’adolescence. Dès l’adolescence, le nombre d’heures de sommeil reste le même jusqu’à la vieillesse. À partir de ce stade, le nombre d’heures de sommeil diminue à nouveau, car nous nous réveillons davantage pendant la nuit et avons plus de mal à nous rendormir. Le sommeil est alors plus interrompu, et sa qualité à ce stade est donc également moins bonne. En vieillissant, nous pouvons avoir plus de difficultés à commencer à dormir et à obtenir un sommeil qui nous permette vraiment de nous reposer.

En ce qui concerne la répartition du sommeil au cours des 24 heures de la journée, des changements sont également observés depuis la naissance jusqu’à ce que nous atteignions la dernière étape de notre vie. Plus précisément, les nouveau-nés ont un sommeil polyphasé, c’est-à-dire qu’ils ont plusieurs courtes périodes de sommeil tout au long de la journée et de la nuit qui durent entre deux et trois heures, selon le besoin du bébé de manger. En grandissant, vers trois mois, le bébé devrait pouvoir dormir neuf à dix heures la nuit sans se réveiller et faire deux siestes ou plus pendant la journée. Vers l’âge de trois ans, l’enfant a une période de sommeil importante la nuit et une sieste pendant la journée. À mesure que l’enfant grandit, le sommeil devient principalement nocturne et le reste jusqu’à un âge avancé, lorsque les siestes réapparaissent pendant la journée en raison de la diminution de l’activité physique et de l’augmentation des activités sédentaires. Chez les personnes âgées, le rythme polyphasique est rétabli, c’est-à-dire qu’on dort plusieurs fois par jour, retrouvant d’une certaine manière le rythme de l’enfance, d’où le dicton classique « à la vieillesse, l’enfance » peut aussi s’appliquer au sommeil.

En ce qui concerne la durée de chacune des phases du sommeil, il a été observé qu’elle varie également. Plus précisément, chez les nouveau-nés, le sommeil paradoxal (sommeil dans lequel le corps est très détendu et le cerveau très actif) constitue environ 50 % du temps que les bébés passent à dormir, car il est essentiel pour la croissance et le développement cognitif de l’enfant et ce pourcentage diminue progressivement jusqu’à l’adolescence. Le temps passé dans un sommeil paradoxal se stabilise à l’âge adulte jusqu’à ce qu’il atteigne un âge avancé, où il commence à diminuer de façon spectaculaire. Le sommeil lent ou profond (phases 3 et 4) commence à diminuer à l’adolescence et peut même parfois disparaître avec l’âge, ce qui entraîne des réveils plus fréquents et plus prolongés.

Par conséquent, lorsque l’on parle de sommeil, il faut tenir compte de l’âge, car les changements observés sont importants. Toutefois, les circonstances et les conditions personnelles de chaque individu sont déterminantes. Par exemple, nous pouvons trouver des personnes âgées sans problème de sommeil, ou des bébés qui dorment plus d’heures d’affilée que d’habitude pour leur âge.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *