Les étapes du sommeil: les connaître pour mieux se reposer

Le sommeil, essentiel pour récupérer l’énergie dépensée pendant toutes les activités de la journée et protéger notre corps de tout dommage dû à une fatigue excessive, est également fondamental dans d’autres aspects. En effet, le reste qui nous est donné par le sommeil intervient directement sur notre corps pour l’aider à se détoxifier ainsi qu’à se rafraîchir, mais c’est aussi très important pour le développement des capacités intellectuelles, pour l’expansion et l’enrichissement de la mémoire et pour le développement de traumatismes et d’événements importants dans notre vie. Pour cette raison, il est utile de connaître les étapes du sommeil afin de mieux se reposer et de profiter pleinement de ses bienfaits.

En réalité, le sommeil est encore largement un mystère en ce sens que son étude est complexe et difficile. Mais nous savons avec certitude qu’il est principalement divisé en deux phases. Il s’agit de la phase REM et de la phase non-REM (NREM). La phase NREM comprend toutes les parties du sommeil dans lesquelles nous ne rêvons pas intensément: s’endormir, dormir léger et profond. Alors que dans la phase REM, les rêves les plus vifs et les plus intenses se produisent.

Dans la première partie du reste, la phase NREM prévaut et la phase REM est beaucoup plus courte, tandis que dans la deuxième partie du sommeil, la phase REM s’allonge et la phase NREM est raccourcie. C’est précisément pour cette raison que nous avons tendance à nous souvenir plus fréquemment et plus clairement des rêves réalisés au cours de la dernière partie du reste et, plus généralement, le matin.

La présence de courts moments d’éveil lors de l’alternance des deux phases est tout à fait normale: ce sont en principe des éveils que nous ne remarquons pas et ne nous souvenons pas du tout le matin.

Dans le cas où, cependant, ces réveils sont trop fréquents et durables, ce serait un symptôme à ne pas sous-estimer car cela signifierait un trouble du sommeil qui pourrait endommager notre repos.

L’idéal est de dormir un sommeil réparateur d’au moins 6 – 8 heures par nuit mais, si cela n’est parfois pas possible, il suffirait toujours de reposer au moins 3 – 4 heures environ, pour permettre un cycle complet des deux phases. En effet, la phase REM et le sommeil profond dans la phase NREM sont fondamentaux pour le bien-être et la régénération de l’esprit et du corps.

Par exemple, dans les moments NREM, notre corps produit de l’hormone de croissance à fortes doses, cruciale pour maintenir la santé de notre corps; dans les moments REM, cependant, augmente le flux sanguin vers le cerveau et cela apporte de grands avantages à notre esprit.

Surtout si on est obligé de se reposer quelques heures, mais même quand on se repose longtemps, il est indispensable de dormir dans un maximum de confort. Notre corps doit pouvoir profiter d’un lit adapté et de vêtements confortables et notre sommeil ne doit pas être perturbé par les lumières et les bruits, surtout s’il est violent et soudain, sinon, nous risquerions d’interrompre le cycle du sommeil ou, pire, l’une des deux phases au milieu de son développement.

De telles interruptions, si elles sont rares et occasionnelles, peuvent créer un sentiment de fatigue et de nervosité qui disparaîtrait après un sommeil sain et reposant. Si notre repos est perturbé et interrompu fréquemment et constamment, le risque que nous courons sera, en revanche, plus profond et plus durable avec des risques sanitaires radicaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page