Les troubles autistiques ont un impact sur la qualité du sommeil

L’autisme est un trouble psychologique et neurodéveloppemental qui apparaît généralement à un âge précoce, vers deux ans, bien qu’il puisse parfois passer inaperçu jusqu’à quelques années plus tard.

Troubles du spectre autistique

Tous les enfants atteints de TSA n’ont pas exactement les mêmes symptômes ou difficultés, mais la gravité de ceux-ci dépendra également des autres troubles possibles que ces enfants peuvent avoir ensemble.

Par exemple, de nombreux enfants atteints de troubles autistiques présentent également un handicap intellectuel, c’est-à-dire des difficultés de raisonnement, de résolution de problèmes, de planification, d’apprentissage, etc. Les difficultés causées par l’autisme leur causent encore plus de problèmes en termes de performances ou de résultats scolaires, de communication ou de participation à des activités sociales.

Les troubles autistiques et le sommeil

Les troubles du sommeil sont un autre problème courant chez les enfants atteints de TSA. En général, il a été observé que les enfants autistes mettent plus de temps à s’endormir, dorment moins et ont, en bref, une efficacité du sommeil inférieure à celle des autres enfants ne souffrant pas de ce trouble. Cependant, il est particulièrement remarquable qu’un pourcentage élevé de ces enfants puisse souffrir d’insomnie chronique.

Outre les conséquences négatives pour ces enfants, les troubles autistiques affectent également leurs familles, non seulement en termes de qualité de leur sommeil, mais aussi en termes de niveau de stress. Il est donc essentiel de corriger les problèmes de sommeil chez les enfants, à la fois pour éviter que ces problèmes n’aggravent leurs symptômes (les rendre plus irritables, montrer des comportements plus répétitifs ou avoir des niveaux d’hyperactivité plus élevés), et pour améliorer le bien-être de leur entourage.

Solutions possibles aux problèmes de sommeil chez les enfants atteints de troubles autistiques

Dans les cas d’autisme, il existe plusieurs mesures qui peuvent aider ces enfants à améliorer leur qualité de sommeil. Par exemple, les interventions qui sont utilisées dans la pratique clinique comprennent

  • La prise de mélatonine, qui s’est avérée très utile.
  • L’utilisation d’autres traitements pharmacologiques.
  • Autres thérapies alternatives (par exemple, l’aromathérapie)
  • Interventions comportementales, y compris celles axées sur l’acquisition et le maintien de directives appropriées en matière d’hygiène du sommeil.

Toutefois, de nombreuses autres études sont nécessaires pour démontrer la véritable efficacité de nombreuses stratégies de traitement de l’autisme actuellement disponibles.

Alejandro Guillen

Alejandro Guillén-Riquelme, est docteur en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade. Dans ce centre, il est responsable du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé. Au cours de sa formation, il a fait le Master of Research Designs and Applications in Psychology and Health, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche. Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, étant co-auteur de l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Amparo Diaz Roman. Docteur en psychologie de l’Université de Grenade. Elle est chercheuse collaboratrice au sein du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé, dans le groupe de recherche Psychophysiologie clinique et promotion de la santé (CTS-261). Sa thèse de doctorat portait sur l’étude des problèmes de sommeil et de performances cognitives chez les enfants atteints de troubles de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Ses publications comprennent une méta-analyse des problèmes de sommeil chez les enfants atteints de TDAH et la première méta-analyse des problèmes de sommeil chez les adultes atteints de TDAH.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *