Lors d’un épisode de somnambulisme, aucune douleur n’est ressentie

Le somnambulisme : de quoi s’agit-il ?

Le somnambulisme est un trouble caractérisé par une activation ou un réveil du corps dans la phase de sommeil à ondes lentes (delta) (contrairement à la croyance populaire, le sujet ne rêve pas encore lorsqu’il se réveille en somnambulisme), qui provoque des réveils incomplets dans le sommeil profond. Pendant l’épisode de somnambulisme, qui dure généralement moins de 10 minutes, l’individu peut s’adonner inconsciemment à des activités pendant son sommeil, et même se causer des dommages physiques dans certains cas, par exemple en essayant de monter ou de descendre des escaliers. Les symptômes les plus courants de ceux qui souffrent de cette parasomnie sont les migraines, les maux de tête, les symptômes dépressifs, les douleurs chroniques, la sensation de ne pas s’être bien reposés… Cette maladie touche environ 4 % de la population mondiale, et touche plus particulièrement les enfants, bien que selon les dernières études, il y ait jusqu’à 29 % de probabilité d’avoir marché dans leur sommeil même s’ils ne souffrent pas de ce trouble. Les experts soulignent certains facteurs qui rendent les enfants sujets à cette maladie, tels que la consommation d’alcool, certains médicaments, les troubles mentaux ou les conditions médicales.

Objectif de l’étude sur le somnambulisme

L’objectif de l’étude était d’évaluer la fréquence des douleurs chroniques, des maux de tête et des migraines chez les somnambules par rapport au reste de l’échantillon de personnes qui ne souffraient pas de parasomnie. Nous avons examiné l’impact et les déterminants de la douleur chez les somnambules et nous avons rapporté la fréquence à laquelle un somnambule a subi un accident pouvant causer de la douleur et qu’il ne l’a pas remarqué.

L’étude s’est basée sur l’analyse de 100 sujets sains et 100 patients souffrant de la maladie (55 hommes et 45 femmes), tous d’un âge moyen de 30 ans. Plus précisément, des paramètres tels que le sommeil (polysomnographie, somnolence et insomnie), la douleur (douleur chronique, douleur d’inventaire multidimensionnelle, maux de tête et migraine), les symptômes dépressifs et la qualité de vie ont été mesurés par rapport aux 100 sujets adultes “sains”.

Résultats

Les données étaient solides, montrant que les maux de tête chroniques, la migraine et d’autres types de douleurs chroniques étaient significativement liés au somnambulisme au moment de l’étude. Les parasomniaques souffrent de près de 10 fois plus de migraines et de 4 fois plus de maux de tête que les patients en bonne santé.

Par rapport au reste des individus, les somnambules ont admis ressentir de fréquents épisodes de somnolence pendant la journée, ainsi que des symptômes dépressifs, des migraines et de l’insomnie. Après avoir appliqué certains ajustements aux données obtenues, le somnambulisme n’a été associé qu’à une augmentation des maux de tête et des migraines fréquentes. Par rapport aux somnambules sans douleur, les somnambules souffrant de douleurs chroniques étaient plus susceptibles d’avoir des symptômes de somnolence diurne, d’insomnie et de dépression, sans différence dans l’évaluation polysomnographique.

La perception de la douleur a été évaluée rétrospectivement lors d’épisodes de somnambulisme où les sujets avaient été susceptibles de subir des dommages. Au cours de l’étude, 47% des sujets atteints de la maladie ont avoué avoir subi une sorte de blessure lors d’un épisode de somnambulisme, bien que seulement 10 d’entre eux se soient réveillés immédiatement à cause de la douleur. D’autre part, la plupart d’entre eux ont pu continuer à dormir, comme fait curieux, l’un d’entre eux a subi de graves fractures après avoir sauté d’un troisième étage, mais il a assuré qu’il n’avait ressenti aucune douleur jusqu’à plusieurs heures après son réveil. C’est ce que les scientifiques appellent l’analgésie du somnambulisme.

Conclusion : les somnambules ne semblent pas ressentir de douleur.

Cette étude a ouvert de nouvelles voies aux chercheurs et pour découvrir l’origine du somnambulisme, certains auteurs comme Howell désignent la somnolence comme un syndrome lié à l’hyperactivité ou comme beaucoup l’appellent, les jambes sans repos. Dans tous les cas, ils concluent tous qu’il n‘y a pas de douleur pendant le trouble, en se concentrant sur la relation étroite entre le somnambulisme et les neurones qui envoient des signaux de douleur à la colonne vertébrale puis au cerveau, et qui isolent parfois le patient de la perception de la douleur jusqu’à ce qu’il soit pleinement conscient, ce qui suggère une relation entre l’activité cérébrale dissociée et l’irrégularité de la perception de la douleur.

Les spécialistes soulignent l’importance de l’environnement familial, qui doit contribuer à créer un environnement calme, détendu et sans stress, et surtout exempt d’obstacles dangereux tels que des couteaux ou des outils, qui peuvent constituer une entrave ou, si nécessaire, être utilisés par les personnes concernées pendant l’épisode de parasomnie. Ils recommandent également aux personnes atteintes de parasomnie d’aller voir leur médecin, de recevoir le traitement approprié et d’essayer de réorienter leur trouble, comme des plans de sommeil pour mieux dormir ou une stimulation visuelle et sensorielle, nécessitant même dans certains cas la prise de médicaments. Dans le cas des enfants, aucune précaution au-delà de la vigilance n’est recommandée, car le trouble à ces âges s’atténue généralement en grandissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *