Obésité et troubles du sommeil

De nombreuses études scientifiques ont déterminé la relation entre diverses variables de santé et le sommeil. Ce fait peut être observé dans une multitude de maladies qui se manifestent plus fréquemment chez les personnes qui ont des troubles du sommeil ; ainsi que dans les maladies produites par des troubles du sommeil ou aggravées par une mauvaise qualité de sommeil.

Nous dormons moins d’heures que nécessaire

D’une manière générale, il a été observé qu’une augmentation notable de l’indice de masse corporelle entraîne une diminution des heures de sommeil. En retour, la réduction des heures de sommeil produira une sensation de fatigue, de lassitude matinale, de désorientation, etc. Ce fait est particulièrement pertinent dans le cas des enfants, puisque les facteurs qui influencent leur sommeil auront un impact sur leur développement et affecteront notamment leur santé et leurs qualifications académiques. En outre, le fait de dormir peu ou pas du tout augmente la fatigue diurne, qui peut être liée à une moindre activité physique, ce qui aggraverait l’obésité. En fait, les enfants qui dorment moins que nécessaire sont nettement plus susceptibles d’être en surpoids ou obèses que les enfants dont le sommeil est régulier et adapté à leur âge.

Troubles respiratoires pendant le sommeil (apnée du sommeil)

Une prise de poids bien supérieure au poids idéal sera associée à une multitude de troubles de la santé. De la même manière, le surpoids et l’obésité affecteront la qualité du sommeil. Tout d’abord, les personnes en surpoids ou obèses sont plus susceptibles de souffrir de troubles respiratoires pendant leur sommeil. Chez les personnes en surpoids ou obèses, il y a une plus grande probabilité de ronflement et d’apnée du sommeil ; de plus, chez les patients souffrant d’apnée, le nombre et la durée des arrêts respiratoires augmentent avec le poids. Ainsi, chez les personnes qui souffrent à la fois d’obésité et de surcharge pondérale, les conséquences négatives sur la santé seront amplifiées.

Mauvais sommeil – moins d’activité physique – prise de poids

Ceux qui souffrent d’obésité ont généralement une faible activité physique, ce qui rend difficile le début du sommeil et sa qualité. En même temps, la fatigue produite par un mauvais sommeil leur rendra difficile la pratique régulière d’une activité sportive. Ce fait est très curieux car le sommeil, qui peut être considéré comme une activité sédentaire, est lié à un meilleur état de santé et à un rapprochement du poids idéal, tandis qu’un nombre d’heures de sommeil plus faible (donc un temps d’activité physique plus long) est lié à un indice de masse corporelle plus élevé. En fait, chez les personnes souffrant de troubles du sommeil, il est plus probable de trouver des troubles métaboliques qui favorisent l’obésité.

Augmente notre appétit

Enfin, le sommeil est également lié à l’appétit. Le fait de dormir moins d’heures que recommandé entraîne des déséquilibres hormonaux qui, à leur tour, provoquent une augmentation de la faim et de l’appétit. Parallèlement, on constate une augmentation de l’appétit pour les aliments riches en glucides, ce qui augmente considérablement le nombre de calories consommées.

Raul Quevedo-Blasco

Raúl Quevedo-Blasco, docteur en psychologie clinique et chercheur au laboratoire du sommeil du Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’université de Grenade.

Alejandro Guillen

Alejando Guillén Riquelme, est docteur en psychologie de l’Université de Grenade. Il est actuellement chercheur au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC) de l’Université de Grenade. Dans ce centre, il est responsable du laboratoire de promotion du sommeil et de la santé. Au cours de sa formation, il a fait le Master of Research Designs and Applications in Psychology and Health, ainsi que plusieurs cours sur la méthodologie, les statistiques et la recherche. Tout au long de sa carrière, il a étudié l’évaluation de l’anxiété, en cosignant l’adaptation espagnole du STAI, le septième questionnaire le plus utilisé en Espagne. Il a participé à cinq projets de recherche et a publié 30 articles (dont 27 dans des revues indexées dans le Journal Citation Reports).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *