Pourquoi ronflons-nous tous les soirs ?

Le ronflement est, comme vous le savez, un son désagréable, malheureusement fréquent, bruyant et gênant qui se produit pendant notre sommeil.

Quelques données sur le ronflement

Environ la moitié de la population mondiale ronfle à un moment ou à un autre de sa vie, quel que soit son sexe. Bien que le ronflement soit plus fréquent chez les hommes, si vous êtes une femme, vous avez peut-être été surprise lorsque, après avoir couché avec quelqu’un, on vous a dit que vous aviez passé la nuit à ronfler : environ 40 % des hommes et 24 % des femmes sont des ronfleurs réguliers.

La position dans laquelle nous dormons nous rend plus susceptibles de ronfler, donc dormir sur le dos vous fait ronfler ou utiliser un oreiller dont la hauteur n’est pas optimale pour vous. La consommation d’alcool ou d’autres dépresseurs, la congestion due à un rhume et les allergies sont d’autres facteurs qui vous poussent à ronfler. En outre, il semble que ce “comportement” devienne plus fréquent avec l’âge.

Le ronflement peut être une nuisance pour notre partenaire et même parfois, le ronflement traverse les 4 murs de notre chambre et dérange même ceux avec qui nous ne partageons pas de chambre. Cependant, le ronfleur est le dernier à remarquer son ronflement et ce sont généralement ses compagnons de nuit qui finissent par les informer de la circonstance désagréable. Comment savoir si je ronfle si je dors seul ? Un indice : si vous vous réveillez avec la bouche sèche ou un mal de gorge, vous avez peut-être passé la nuit à ronfler.

L’intensité du bruit influence également l’attention que nous portons à nos ronflements. Ainsi, un ronflement léger n’interrompt généralement pas le sommeil et n’en détériore pas la qualité. Les ronflements plus graves peuvent être associés à l’apnée obstructive du sommeil, ce qui signifie que nous souffrons d’un trouble du sommeil.

Ronflement contre apnée du sommeil

Selon le Dr Alejandro Guillén Riquelme, il existe des preuves qui attestent qu’il existe des ronfleurs sans apnée.

Le responsable du laboratoire du sommeil de l’université de Grenade nous donne quelques indications pour savoir s’il y a apnée concomitante au ronflement : “Lorsqu’un ronflement primaire est observé, il n’est généralement pas accompagné des autres symptômes de l’apnée, tels que le réveil fatigué, la somnolence diurne, le réveil plusieurs fois la nuit, les micro-réveils, etc. De plus, Guillén-Riquelme assure que “la sensation au réveil d’avoir la bouche et les voies respiratoires sèches ou irritées est habituelle. Cependant, chez les personnes qui ronflent, les symptômes de l’apnée peuvent apparaître plus fréquemment que chez les personnes qui ne ronflent pas. Par conséquent, sur le plan clinique, si le ronfleur ne présente pas d’autres types de troubles du sommeil ou du repos, aucune intervention n’est jugée nécessaire”.

Quelles sont les causes de ce type de ronflement sans apnée ?

La réponse, également donnée par le Dr Guillén-Riquelme, “ce trouble peut être dû à différentes causes. Ainsi, on peut trouver les facteurs anatomiques du système respiratoire qui produisent le problème. De la même manière qu’il existe une sorte de faiblesse musculaire dans le pharynx et que la langue peut en être la cause. Le surpoids et l’accumulation de graisse dans la poitrine et la gorge peuvent rendre les muscles incapables de supporter le poids, comprimant ainsi les voies respiratoires, qui à leur tour provoqueront le ronflement lorsque l’air passera par les voies respiratoires rétrécies. Selon la cause du trouble, les ronflements ne se produisent pas avec la même fréquence dans toutes les phases du sommeil. Cela est dû, entre autres, au fait que dans les différentes phases du sommeil, l’atonie musculaire est différente, de sorte que la résistance des muscles au poids de la graisse sera plus importante dans certaines phases que dans d’autres”.

“Dans la lignée de la cause du ronflement par le poids, plusieurs études concluent que lorsque les sujets ronflent en raison d’un surpoids, ce problème dérive, plus fréquemment en apnée complète.»

“Enfin, il convient de noter que le ronflement est fréquent chez les enfants. Cela est principalement dû à un développement musculaire incomplet ou à des végétations adénoïdales trop développées qui empêchent le passage de l’air produisant le ronflement. En fait, la prévalence chez les enfants diminue considérablement à partir de 9-10 ans en raison d’un plus grand développement de la musculature et de la taille des trajectoires”.

En bref, le ronflement peut être un symptôme d’apnée obstructive du sommeil, mais toutes les personnes qui ronflent ne sont pas atteintes de ce trouble. L’apnée obstructive du sommeil est un trouble grave qui nous fait arrêter momentanément de respirer lorsque nous dormons. Si vous êtes habituellement fatigué pendant la journée, même si vous avez suffisamment dormi, si vos ronflements s’accompagnent d’étouffements ou de halètements, vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil. Seul un spécialiste du sommeil peut diagnostiquer l’apnée du sommeil par une étude du sommeil en laboratoire et des tests sur le comportement du sommeil à la maison.

Comment savoir si je ronfle ?

Le principal symptôme du ronflement est évident : les bruits souvent forts, durs ou rauques que vous faites pendant votre sommeil. Les autres symptômes peuvent être un réveil avec un mal de gorge ou une sécheresse de la bouche.
D’autre part, les symptômes qui constituent l’apnée du sommeil sont

– Somnolence diurne excessive
– S’étouffer ou haleter dans son sommeil
– Pause dans la respiration
– Maux de tête matinaux
– Difficulté de concentration
– Moodiness, irritabilité ou dépression
– Besoin fréquent d’uriner la nuit

Étude du sommeil nocturne en laboratoire

Ce type d’étude du sommeil nous oblige à passer une nuit dans un centre du sommeil, dans un lit et un séjour similaire à une chambre d’hôtel. Vous vous endormiriez avec des capteurs reliés à différentes parties de votre corps qui enregistreraient vos ondes cérébrales, votre rythme cardiaque, votre respiration… entre autres paramètres. Ce test est généralement recommandé pour les cas plus compliqués ou difficiles à diagnostiquer. Une étude du sommeil en laboratoire fournit l’évaluation la plus complète du sommeil.

Test d’apnée du sommeil à domicile

Ce type d’étude du sommeil nous permet de dormir dans le confort de notre propre maison pendant qu’une machine recueille des informations. Le matériel d’essai diffère de celui utilisé pour les essais en laboratoire car il est moins compliqué.

Traitement des ronflements

Une fois que le spécialiste aura certifié ou exclu que nous souffrons d’apnée du sommeil, l’approche thérapeutique suivra une voie ou une autre. Si nous ne souffrons pas de cette parasomnie, les traitements pourraient être les suivants :

Perte de poids : la perte de poids peut aider à réduire ou à éliminer les ronflements chez certaines personnes. Si vous ronflez et que vous êtes en surpoids, l’élimination de ces kilos superflus devrait être une priorité. La prise de poids peut aggraver les ronflements, et peut même entraîner l’apnée du sommeil.

Thérapie positionnelle : Pour certaines personnes, les ronflements se produisent principalement lorsqu’elles dorment sur le dos. Si vous êtes l’un de ces types de ronfleurs, vous pouvez améliorer votre ronflement en changeant de posture pendant votre sommeil.
Éviter l’alcool, les relaxants musculaires et certains médicaments : ceux-ci peuvent détendre les muscles de la gorge ou de la langue, nous faisant ronfler comme indiqué ci-dessus. En évitant l’utilisation de ces substances, il est possible de réduire ou d’éliminer l’apparition de ronflements.

Appareils buccaux : un appareil buccal est un petit dispositif en plastique qui se place dans votre bouche sur vos dents pendant votre sommeil, vous empêchant de ronfler. Le dispositif empêche l’affaissement des voies respiratoires en maintenant la langue ou en faisant glisser la mâchoire vers l’avant pour que vous puissiez respirer pendant votre sommeil.

Si l’on nous diagnostique finalement que l’apnée du sommeil est la cause de nos ronflements, l’approche thérapeutique pourrait se compliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *