Problèmes de sommeil dans les troubles obsessionnels compulsifs

Ces inquiétudes provoquent une telle anxiété ou un tel malaise qu’elles conduisent à des actes ou des actions (compulsions) pour soulager ou faire disparaître la pensée. Même si elles n’ont pas de sens, elles échappent au contrôle de la personne qui les possède et elles affectent son fonctionnement dans la vie quotidienne. Ainsi, par exemple, une personne excessivement soucieuse de l’ordre passera la journée à ranger son domicile et/ou son lieu de travail pour que rien de déplacé ne lui cause de gêne ; et une personne ayant une crainte excessive de la contamination évitera tout contact direct avec ce qu’elle pense être infecté et, si elle le touche, ressentira le besoin de laver la partie de son corps avec laquelle elle a été en contact.

Bien qu’il soit peu connu, le TOC est un trouble plus fréquent qu’il n’y paraît dans la population générale : environ 2 % de la population en souffre et il est considéré comme le quatrième trouble mental le plus fréquent. Il fait également partie des cinq troubles psychiatriques les plus invalidants.

Le trouble obsessionnel compulsif a été associé à d’autres problèmes de santé, en plus des symptômes mentionnés ci-dessus. Parmi les plus courantes, on trouve la dépression et les troubles alimentaires. En ce qui concerne les problèmes de sommeil, il a été observé que les personnes souffrant de TOC dorment moins pendant la nuit, ont un sommeil plus léger et se réveillent plus souvent une fois endormies, par rapport aux personnes ne souffrant pas de ce trouble. Ils passent donc plus de temps éveillés pendant la nuit, ce qui finit par nuire à la qualité de leur sommeil.

L’étude de la relation entre le sommeil et le trouble obsessionnel-compulsif semble indiquer que les problèmes de sommeil de ce trouble ne sont pas directement liés à celui-ci, ou du moins pas dans leur totalité. Plus précisément, il a été observé que les personnes souffrant de TOC souffrent souvent de symptômes dépressifs. Il existe de bonnes preuves que cette symptomatologie dépressive entraîne une diminution du sommeil, de sorte que la présence de ces symptômes peut aggraver les problèmes de sommeil chez les personnes souffrant de TOC.

Plusieurs études ont montré que les personnes qui présentent à la fois un trouble obsessionnel-compulsif et des symptômes dépressifs ont plus de problèmes de sommeil que les personnes qui ne présentent pas ce symptôme dépressif en plus. Par conséquent, le fait d’avoir ou non des symptômes dépressifs lorsque vous souffrez de TOC influence la qualité de votre sommeil. Ainsi, lorsque les personnes souffrant de TOC ont été évaluées sans symptômes dépressifs, on a constaté qu’elles mettaient plus de temps à s’endormir que les autres personnes sans TOC, mais pas les autres symptômes qui ont été observés lorsqu’il y a également des symptômes dépressifs.

Bien qu’il existe des différences de sommeil entre les personnes souffrant de TOC et celles qui n’ont pas ce trouble, elles peuvent être influencées par la présence d’une autre symptomatologie qui n’est pas la principale. Nous pouvons donc établir une relation de cause à effet. Le vrai problème est que, d’une manière ou d’une autre, le fait que ces personnes aient des problèmes de sommeil a un impact important sur leur qualité de vie. Non seulement ils doivent surmonter l’inconfort associé à une inquiétude excessive et à des actions incontrôlables qui sont typiques du trouble obsessionnel-compulsif, mais ils doivent aussi maintenant faire face aux conséquences d’un mauvais sommeil dans différents contextes : social, familial, scolaire ou professionnel.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Amparo Díaz Román. Doctorant au Laboratoire du sommeil du Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *