Qualité du sommeil et diabète

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises tout au long de ce blog, les problèmes de sommeil et la mauvaise qualité du sommeil affectent de manière significative divers aspects psychologiques tels que l’attention, la concentration, la mémoire … De même, il existe des preuves remarquables de l’influence du sommeil sur divers aspects physiques tels que la sensation de fatigue, la douleur ou les vertiges, entre autres. Aujourd’hui, nous allons parler de l’influence du sommeil sur l’un des troubles de santé les plus courants : le diabète.

Sommeil et diabète

Toutefois, cela exige que le taux de glucose sanguin soit contrôlé avant l’injection. Sur la base de ces données, il convient d’examiner si le sommeil peut modifier de manière significative une maladie physique chronique.

Plusieurs études ont examiné si les personnes atteintes de diabète présentent, plus souvent que les personnes en bonne santé, des troubles ou des perturbations du sommeil. Il a été observé que les patients diabétiques présentent des taux plus élevés d’apnée obstructive du sommeil, d’insomnie, de somnolence diurne excessive… Ces résultats sont particulièrement clairs lorsqu’on évalue la qualité du sommeil chez les patients diabétiques. Dans certaines des études qui évaluent la fréquence à laquelle les patients diabétiques souffrent d’une mauvaise qualité de sommeil, on trouve des taux proches de 50 %.

L’apnée obstructive du sommeil, la plus liée au diabète

Les principaux problèmes de sommeil associés au diabète sont les suivants l’apnée obstructive du sommeil. Dans ce cas, il existe une relation claire entre les deux troubles. Cela peut être dû au fait que dans les deux maladies, des problèmes de gorge peuvent survenir. Ainsi, les patients souffrant d’apnée et de diabète présentent souvent des symptômes d’apnée du sommeil plus graves (avant de commencer le traitement médical de l’apnée) que les patients non diabétiques. De même, les patients souffrant d’apnée et de diabète présentent une forte résistance à l’insuline. C’est-à-dire qu’ils ont besoin de doses plus élevées pour obtenir les mêmes effets. En outre, l’insulinorésistance varie rapidement chez ces personnes. Tout cela a un impact sur l’auto-contrôle de la glycémie, ce qui rend difficile de trouver la bonne dose d’insuline à injecter pour ne pas souffrir de problèmes liés au diabète.

Les personnes souffrant de troubles du sommeil

L’existence du diabète a également été étudiée chez les personnes souffrant de troubles du sommeil. Là encore, des résultats ont été obtenus, dans lesquels la relation entre les troubles du sommeil et le diabète est observée. Dans ce cas, il a été observé que les personnes qui présentent une somnolence diurne excessive, une apnée ou un syndrome des jambes sans repos, souffrent également, plus fréquemment que les personnes sans troubles du sommeil, de diabète. En outre, le fait de dormir moins de six heures est directement lié à une prévalence plus élevée de diabète, même si la personne ne présente aucun trouble du sommeil spécifiquement diagnostiqué.

Facteurs connexes

Enfin, il convient de mentionner que la relation entre le diabète et les troubles du sommeil peut également être partiellement due à d’autres facteurs liés aux deux troubles. Ainsi, les personnes souffrant de troubles du sommeil présentent des taux plus élevés de surpoids et d’obésité, qui à leur tour influencent de manière significative le diabète, son apparition et son maintien. De même, les troubles du sommeil sont liés à divers troubles de l’humeur. Par exemple, il existe une relation claire entre les troubles du sommeil et les troubles dépressifs (principalement sur la dépression majeure) et sur les troubles anxieux (anxiété généralisée et tolérance au stress plus faible). Ces troubles psychologiques sont également liés au diabète, allant d’une probabilité plus élevée d’en souffrir à une plus grande résistance à l’insuline et à un mauvais contrôle du taux de glucose dans le sang.

L’entrée d’aujourd’hui est un bon exemple de la façon dont la qualité du sommeil influence notre vie au-delà de l’inconfort produit par un peu de sommeil. Il est important de prendre soin de notre repos non seulement pour réduire les problèmes psychologiques et physiques produits par un sommeil non réparateur, mais aussi pour minimiser les conséquences qu’il peut avoir sur notre santé et sur les maladies qui peuvent être aggravées par celui-ci.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *