Qu’est-ce que le décalage horaire ?

Cette gêne est due au fait que l’on parcourt de longues distances en très peu de temps, ce qui entraîne des changements environnementaux soudains auxquels le corps n’est pas en mesure de s’adapter immédiatement. Nous avons tous une horloge interne qui nous indique à quelle heure de la journée nous sommes et ce que nous devons faire (par exemple, quand il est temps d’aller dormir). Lorsque nous voyageons et arrivons à un endroit où nous devons changer d’heure, l’horloge interne prévaut sur les indicateurs externes du temps environnemental.

Le décalage entre le temps interne de notre corps et le temps externe ou environnemental affecte négativement l’appétit, la fonction intestinale, la performance, l’éveil et le sommeil, entre autres. Toutes ces altérations ont été appelées troubles du système circadien ou “décalage horaire”. Par conséquent, le “décalage horaire” peut être défini comme un déséquilibre entre le rythme interne de l’organisme et le temps environnemental qui se produit lorsque plusieurs fuseaux horaires sont franchis en peu de temps.

Le “décalage horaire” est causé par l’interaction des facteurs suivants :

1.- Le calendrier environnemental : la lumière du soleil se déplace autour de la terre. Lorsque nous nous dirigeons vers l’est (par exemple, de l’Espagne à la Chine), nous devons avancer l’horloge d’une heure pour chaque méridien que nous traversons, il y a donc une avance de phase ; tandis que si nous nous dirigeons vers l’ouest (par exemple, de l’Espagne aux États-Unis), nous devons reculer l’horloge d’une heure pour chaque méridien que nous traversons, il y a donc un retard de phase. Normalement, les symptômes du “décalage horaire” sont plus graves et persistent davantage dans le temps lorsque nous voyageons vers l’Est, car l’organisme s’adapte plus facilement aux retards de phase qu’aux avancées de phase.

La rythmicité biologique. Tous les êtres vivants ont une horloge interne qui contrôle différentes fonctions, de sorte qu’elles varient au cours de la journée. L’une de ces fonctions est le sommeil et l’éveil. Cette rythmicité interne est normalement liée au calendrier environnemental pour nous aider à améliorer notre adaptation à l’environnement.

3.- La vitesse et le nombre de fuseaux horaires traversés. Le nombre de fuseaux horaires que nous traversons influencera le “décalage horaire”, donc plus il y aura de fuseaux horaires, plus il sera prononcé.

4.- L’incapacité à s’adapter immédiatement aux changements de temps. L’organisme a la capacité de s’adapter aux nouveaux horaires, mais de manière lente et progressive. Dans ce cas, il existe des différences individuelles, de sorte que certaines personnes s’adaptent plus rapidement que d’autres.

Le principal problème du décalage horaire est que nous n’arrivons pas à dormir quand il le faut et que nous nous sentons somnolents quand nous ne le voulons pas. Plus précisément, les problèmes de sommeil sont la plainte la plus fréquente des personnes qui parcourent de longues distances. En général, les symptômes disparaissent trois ou quatre jours après l’arrivée à destination, bien que dans certains cas, cela puisse durer des semaines. Les personnes qui voyagent très souvent peuvent avoir des problèmes de sommeil chroniques. Il a été démontré que d’autres facteurs, tels que l’âge, intensifient l’inconfort lié au décalage horaire

Par conséquent, lorsque nous parcourons des milliers de kilomètres en peu de temps, notre corps a besoin de temps pour s’adapter au changement d’heure. Pendant l’adaptation, il y aura un certain malaise général, des problèmes intestinaux, des problèmes de performance, des problèmes d’alimentation et des problèmes de sommeil et d’éveil. Il est important de savoir que, dans ces cas, nous devons donner à notre organisme une période d’adaptation, et qu’une fois cette période écoulée, tout reviendra à la normale, et notre horloge interne sera reliée à l’horloge externe du lieu où nous nous trouvons.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *