Qu’est-ce que le somnambulisme ? – Blog sur les matelas

Nous pouvons tous avoir l’image d’une personne somnambule. Le somnambulisme est un trouble mineur du sommeil qui consiste à effectuer des actions pendant le sommeil. Les actions effectuées par les somnambules peuvent être simples (par exemple, s’asseoir sur le lit) et/ou plus élaborées (se promener dans la maison, ouvrir la porte ou la fenêtre, s’habiller, manger, etc.)

Les épisodes de somnambulisme se produisent principalement pendant la première moitié de la nuit, pendant les phases III et IV du sommeil (sommeil lent), et durent généralement de quelques secondes à plusieurs minutes. Le somnambulisme est le plus fréquent pendant l’enfance. Il touche 10 % des enfants et commence généralement vers l’âge de 10 ans. Elle tend à disparaître à l’adolescence, à mesure que la quantité de sommeil lent diminue. Cependant, des épisodes isolés peuvent se produire à tout âge, surtout après une journée ou une saison stressante.

Mais que faire lorsque nous sommes avec une personne somnambule ? Une idée fausse est qu’il ne faut pas réveiller un somnambule. Plus précisément, si nous sommes avec une personne qui souffre d’un épisode de somnambulisme et que nous pouvons la diriger et l’accompagner jusqu’à son lit, nous opterons pour cette option, car le réveil ne fera que créer un état de confusion. Malgré cela, il peut être nécessaire, dans certaines circonstances, de réveiller la personne pour éviter un certain type de comportement qui pourrait être dangereux. Par exemple, imaginez que la personne se présente à la porte pour quitter la maison, que nous essayons de la ramener dans la chambre et que nous n’y parvenons pas. Dans ce cas, nous choisirons de réveiller la personne pour qu’elle ne sorte pas et retourne se coucher.

Le somnambulisme n’est généralement pas dangereux pour la personne qui en souffre ou pour les personnes qui vivent avec elle. Malgré cela, il y a eu des cas d’homicide et de comportement sexuel anormal pendant le somnambulisme ; cependant, cela se produit dans les cas les plus graves et est très rare.

En ce qui concerne le traitement, il est nécessaire d’identifier et d’essayer d’éviter les facteurs possibles qui favorisent l’apparition d’un épisode de somnambulisme. Par exemple, un épisode de somnambulisme est plus susceptible de se produire si une personne n’a pas suffisamment dormi, traverse une période stressante, prend des médicaments pour dormir… Il est également très important que le traitement comprenne toujours des instructions concernant les mesures d’hygiène du sommeil et pour aider à gérer le stress. Des précautions doivent également être prises pour garantir que l’environnement dans lequel le sommeil se déroule est sûr. Par exemple, si un enfant est somnambule, il n’est pas recommandé qu’il dorme dans un lit à deux étages. S’il y a une échelle près de la chambre, il est conseillé de la couvrir pour éviter que l’enfant ne tombe, de ranger des objets dangereux, de fermer les portes et les fenêtres, etc. Dans de nombreux cas, le simple fait de suivre ces lignes directrices peut réduire le problème.

Un traitement efficace du somnambulisme chez les enfants consiste en une technique appelée éveil anticipé ou programmé. Les parents notent sur papier tous les épisodes de somnambulisme de leur enfant pendant un certain temps et déterminent quand ces épisodes se produisent habituellement. Ensuite, ils réveillent leur enfant environ 15 à 20 minutes avant que l’épisode ne se produise, pendant une période d’un mois. Il a été observé que les épisodes sont réduits dès qu’ils se produisent et que l’effet thérapeutique se maintient dans le temps.

Le somnambulisme est donc un trouble mineur du sommeil qui ne présente généralement aucun danger pour la personne qui en souffre. Toutefois, il est important de tenir compte d’un certain nombre de facteurs pour éviter tout préjudice éventuel et essayer de réduire la probabilité qu’un épisode se produise.

Gualberto Buela Casal. Professeur de psychologie clinique et directeur du laboratoire du sommeil au Centro de Investigación Mente, Cerebro y Comportamiento (CIMCYC).

Eva Hita Yáñez. Docteur dans le programme de neurosciences et chef du laboratoire du sommeil au Centre de recherche sur l’esprit, le cerveau et le comportement (CIMCYC)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *