Voyager est magnifique. Le décalage horaire… un peu moins!

Peu à peu, nous retournons aux voyages et, ce mois-ci, plusieurs destinations à l’étranger, par exemple les États-Unis d’Amérique, ont rouvert les portes du tourisme italien.

La pandémie a considérablement réduit nos limites, tant dans la vie quotidienne que dans les possibilités de vacances, et beaucoup ont hâte de revenir explorer des endroits éloignés.

Pour organiser un tel voyage, nous traitons généralement à la fois des jours économiques et des jours de vacances … mais beaucoup oublient le décalage horaire, mieux connu sous le nom de syndrome du fuseau horaire!

Cependant, comme beaucoup en subissent malheureusement les conséquences, plus ou moins aiguës, trouvant leurs vacances convoitées partiellement ruinées et ne sachant pas comment supporter les symptômes. Alors mieux vaut partir préparé, non?

Voyager est magnifique. Le décalage horaire... un peu moins 2

Nous supposons que, comme déjà mentionné dans l’article Une heure à l’avance, une heure derrière, notre horloge biologique a son propre équilibre, appelé rythme circadien, et chaque fois qu’elle est variée, elle peut créer des déséquilibres plus ou moins évidents pour notre corps et nos fonctions vitales.

Les effets ont une variabilité qui dépend de l’individu à l’individu (âge, constitution physique, sexe) et voyage à voyager (quantité des broches passées, direction du voyage, heure du départ et arrivée).

Généralement, mais ce n’est pas une norme, les personnes ayant une routine rigoureuse ont tendance à ressentir ces variations plus que les individus habitués à une vie moins cadencée.

Quels sont les principaux symptômes du syndrome du fuseau horaire?

• Insomnie
• Lunatisme (nuances d’humeur soudaines)
• Fatigue, somnolence, voire asthénie, douleur musculaire
• Migraine plus ou moins forte
• Réflexes lents, difficultés motrices à faire des gestes quotidiens
• Incapacité à maintenir la concentration
• Xérostomie, carence en salivation dont la conséquence est la bouche sèche
• Epiphora, déchirure oculaire excessive difficile à restaurer

Maintenant que nous avons identifié ceux qui peuvent s’identifier comme les répercussions les plus fréquentes, nous analysons les possibilités d’endiguer le problème autant que possible.

Tout d’abord, il convient de préciser que voyager vers l’est est moins contraignant pour notre rythme circadien que voyager vers l’ouest.

En direction de l’est, nous allongons notre journée d’un point de vue éveillé et la lumière du soleil facilitera notre synchronisation avec la nouvelle broche.

Au contraire, voyager vers l’ouest le jour se raccourcira et il sera plus complexe pour notre corps de métaboliser le nouveau rythme à partir de la nuit.

Voyager est magnifique. Le décalage horaire... un peu moins 3

Quelle que soit la direction de l’objectif, il est bon de donner à votre corps repos et détente i
jours avant le départ, évitant de dormir trop peu.

Si vous voyagez vers l’ouest, un fuseau horaire précoce, il sera préférable d’essayer de dormir et de se réveiller quelques heures plus tôt que d’habitude.
Au contraire, si vous prévoyez un voyage vers l’Est, il convient d’essayer de se coucher et de se lever, si possible, quelques heures plus tard que d’habitude.

Ceci afin de tromper l’hypothalamus, afin que la glande épiphyse (producteur de mélatonine) soit basée sur l’équilibre que nous aurons quelques jours plus tard au lieu de destination.

De plus, il est conseillé d’éviter l’alcool et la caféine, en tant que substances capables de modifier notre rythme circadien.

D’autres conseils utiles pour amortir les effets du décalage horaire sont:

• Évitez les contraintes à bord de l’avion avec de petites astuces telles que le choix d’un siège près de la fenêtre afin de ne pas répondre à tous les besoins du voisin
• Assurez-vous de vous reposer paisiblement si vous voyagez pour obtenir des oreillers et des bouchons d’oreille pour un repos plus paisible
• Choisissez une heure de départ et d’arrivée agréable, qui tient compte du fait qu’il s’agit d’un « traumatisme » mineur pour notre corps de reporter les heures de sommeil plutôt que de les anticiper
• Boire beaucoup d’eau tout au long du voyage, encore plus nécessaire que d’habitude car l’humidification est généralement réduite dans l’avion, car la déshydratation peut accentuer plusieurs symptômes
• Soyez aussi confortable que possible, grâce à des vêtements et des chaussures adaptés
• Évitez l’inactivité prolongée en vous permettant de faire de l’exercice sur le siège et en essayant chaque fois que possible de vous lever et de faire un certain mouvement pour réactiver la circulation

Enfin, nous concluons nos conseils par quelques observations que vous ne savez peut-être toujours pas:

• Bloody Mary: c’est la seule boisson alcoolisée qui, selon les scientifiques, est autorisée sur la cabine, car elle semble atténuer les tracas dus au syndrome du fuseau horaire
• Travailleurs de nuit: ceux qui sont obligés de travailler la nuit vivent avec une forme réduite de décalage horaire car ils sont obligés d’inverser leur rythme veille-sommeil par rapport à l’alternance jour-nuit
• Cadrans solaires et parallèles: si vous voyagez le long de l’axe nord-sud ou vice versa, traversant donc différents parallèles et non différents méridiens, le décalage horaire ne frappe pas car le calendrier ne change pas
• Lumière solaire: c’est celle qui détermine le rythme circadien, donc en l’absence de celui-ci on peut essayer de tromper le cerveau avec de la lumière artificielle pour redéfinir le rythme sur un autre schéma
• Oiseaux migrateurs: incroyablement, eux aussi, lorsqu’ils passent d’un méridien à un autre, subissent la variation, souffrant de nervosité et d’attaques d’anxiété intense

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *